Comme pour beaucoup d’inventions, l’alliance cuivre-zinc était une découverte accidentelle faite par Don Heskett  lors d’expériences avec du chlore en 1984, qui a conduit à la création de KDF Fluid Treatment Inc. KDF est un acronyme pour Kinetic Degradation Fluxion. Cette découverte a donné lieu à de nombreux brevets et a ouvert une nouvelle ère dans le traitement de l'eau.

En 1992, les médias KDF 85 et KDF 55  ont été certifiés par NSF International  (dans la catégorie Standard 42 & 61 pour l'eau potable). En 1997, KDF Fluid treatment est devenu membre de la "Water quality association".

Un processus d’oxydation électrochimique connu sous le nom «redox» (oxydo-réduction), se produit lors du passage de l’eau dans le média. Ce processus redox provoque un échange d’ions avec les contaminants et les transforme en composés inoffensifs (par exemple : le chlore en chlorure). Le processus redox engendre un champ électrolytique (différence de potentiel de -300 mV) dans lequel la plupart des micro-organismes ne peuvent pas survivre. De plus, ce processus génère des radicaux d'hydroxyle et deperoxyde d’hydrogène de certaines molécules d'eau qui vont limiter la capacité aux développement des micro-organismes. D’autres contaminants, comme les métaux lourds adhèrent au média KDF ce qui permet l’élimination complète ou une réduction considérable du polluant (en fonction de la quantité de ces molécules dans l’eau).

Dans des conditions normales d’utilisation (eaux du réseau aux normes européennes, débit et pression normales et média opérationnel) le média KDF  élimine jusqu’à 99% de chlore libre, métaux lourds, nitrates, nitrites, argent, aluminium, arsenic, cadmium, cuivre, fer, nickel, zinc, plomb, chrome, baryum, sulfure d’hydrogène, radon, sélénium, trihalométhanes, manganèse, mercure, chloroforme, trichloroéthane, lindane, pesticides, fongicides, …

Lorsqu’ils sont filtrés par un média KDF, les cations solubles de métaux sont réduits en atomes de métaux insolubles qui sont plaqués par galvanoplastie sur la surface du média. Ils peuvent être récupérés quand le média est recyclé.

Par exemple le KDF joue le rôle de catalyseur pour changer les cations ferreux solubles en hydroxyde ferrique insoluble : ce dernier peut être éliminé avec une filtration charbon. Avec assez d'oxygène dissous dans l'eau, les taux d'enlèvement de fer de 98 % ou plus sont courants - constaté sur des équipements municipaux utilisant du KDF 85 pour enlever efficacement le fer des eaux souterraines à  78 000 l / heure - !


lien alternatif : L'eau de la douche
Top