fbpx

Vous dites que votre cartouche filtre jusqu’à 0,5 µ. Pourtant des molécules sont plus petites…Comment sont-elles retenues ?

Le charbon de bois est utilisé depuis l’antiquité comme média filtrant dans de nombreuses applications, y compris comme support absorbant par ingestion dans le domaine de la santé. Divers principes physiques et chimiques entrent en action dans le travail de rétention des particules au sein du charbon.

La première action est celle de l’absorption, principe ‘mécanique’ qui consiste en la rétention de particules chimiques d’une certaine taille qui viennent se ‘loger’ dans des pores piégeurs ou canaux traversant le charbon, comme une membrane filtrante.

La seconde action est celle de l’adsorption, principe ‘chimique’ qui consiste en l’attraction de particules chimiques de charges électroniques opposées à celle du charbon, soit toutes les molécules synthétiques.

A travers ces 2 principes actifs de rétentions des particules chimiques, le charbon est le média filtrant le plus utilisés à travers le monde dans différents domaines, et notamment celui de la purification de l’eau qui représenterait environ 20% du marché mondial.

Il existe différentes qualités de charbon, qui sont liées à l’essence utilisée au départ, ainsi qu’aux différents modes de fabrication du charbon.  Ici en l’occurrence nous utilisons du charbon de noix de coco, car c’est celui qui a le niveau de surfaces spécifiques de contact le plus élevé. On estime que pour 1 gramme de ce charbon, si l’on mettait à plat toutes les surfaces internes, ½ terrain de foot serait recouvert ! La densité de la porosité est très grande, et c’est ce qui confère au charbon sa capacité d’action de rétention si importante.

C’est par l’action de l’adsorption que le charbon peut capter des molécules inférieures à 0.5 microns.

Retour haut de page