Distributeur Agréé

amilo-88

Histoire de Nikola Tesla

Nikola Tesla est né le 10 juillet 1856 à Smiljian (empire d’Autriche à l’époque et actuelle Croatie), dans une famille de pratiquants Orthodoxes. Très vite, il est un élève surdoué, capable d’effectuer des calculs prodigieux de tête. Extrêmement précoce et imaginatif, il imagine très jeune des objets volants utilisant les propriétés du vide. Sa mémoire est dite eidétique (ou mémoire absolue), c’est à dire qu’il est capable de retenir instantanément une très grande quantité de données (textes, images, sons). Voici un résumé de l’histoire de Nikola Tesla et de ses inventions.

Ce scientifique de génie est surtout connu pour être le père du courant alternatif utilisé encore de nos jours. Il commence par travailler dans l’ingénierie électrique et la téléphonie. En 1884 il émigre aux Etats-Unis afin de travailler aux côtés de Thomas Edison (1847-1931) et de Georges Westinghouse (1846-1914).

Un découvreur

C’est ainsi qu’il aimait se qualifier lui-même, bien qu’il soit considéré comme l’un des plus grands et prolifiques talents scientifiques dans le domaine de l’énergie. On ne lui doit pas moins de 125 inventions ! 300 brevets furent déposés à la suite de ses découvertes, même si beaucoup d’entre eux furent attribués à tort à Thomas Edison.

Tesla commence très tôt à s’intéresser à l’électricité, notamment lorsqu’il découvre l’électricité statique : il est encore collégien.
Il s’inscrit à l’Université Technique de Graz (Autriche) en 1875, où ses résultats aux examens sont brillants. Il s’y engage même, voulant être professeur du département de physique et mathématiques. Suite à un désaccord avec un enseignant en physique, il quitte l’université en 1878 pour s’inscrire à la faculté d’ingénierie. C’est là que naissent les prémices de ses inventions autour du courant alternatif. Il en découlera la fabrication du premier moteur à courant alternatif…

Tesla est polyglotte. Il parle 8 langues : serbo-croate, tchèque, anglais, français, allemand, hongrois, italien et latin.

Prague et Budapest

En 1881, après un passage par Prague, il rejoint Budapest où il travaille comme dessinateur à l’Office Central du Télégraphe de Hongrie. Il connait une période de dépression suite au peu d’intérêt que suscitent ses inventions auprès de la communauté scientifique. Au cours d’une promenade, il est traversé par un “éclair de génie” et visualise son moteur à courant alternatif en fonctionnement. C’est le déclic qui lui fera décider de devenir inventeur. En 1882, il est embauché par les Compagnies Ganz – qui fabriquent des tramways, bus, trains et bateaux). C’est lors d’un travail sur un transformateur éclectique défectueux qu’il confirme sa théorie : il peut utiliser le courant alternatif pour créer un champ magnétique tournant.

En 1882, toujours, il participe au développement du réseau téléphonique de Budapest pour lequel il invente de nouveaux modèles de répéteurs et d’amplificateurs.

La France et les Etats-Unis

Son travail à Budapest terminé, il est invité à Paris par le responsable du réseau téléphonique Hongrois, Mr Puskás, pour rencontrer Thomas Edison afin de l’aider à mettre la touche finale à son projet d’éclairage public par lampes à incandescence. Il rejoint alors la Edison General Electric Company. Malheureusement pour lui, une fois encore, ses inventions ne retiennent pas l’intérêt des responsables pour leur commercialisation. Ils sont en effet fort occupés à développer leurs solutions d’éclairages électriques urbains. Une autre raison tient dans le fait que la ligne directrice de la Edison General est d’utiliser le moins de cuivre possible, alors que le moteur électrique de Tesla en comporte 6 dans l’alimentation.

Tesla partage son temps entre Edison France et Edison Allemagne, où il travaille dans des stations d’éclairage de la marque. Il impressionne les dirigeants par ses ingénieuses trouvailles. C’est à ce moment qu’il parvient à faire tourner son moteur à courant alternatif pour la première fois. Il tente à plusieurs reprises de trouver des investisseurs pour la commercialisation de son invention : sans succès.

En 1884, Nikola Tesla arrive aux Etats-Unis. Il travaille aussitôt chez Machine Works, une société détenue par Edison, en qualité d’ingénieur de terrain. Comme à Paris et Strasbourg, il officie principalement dans la réparation et la mise au point des générateurs. Il est notamment employé à mettre au point un système électrique urbain par lampes à arc. Edison, qui a saisi trop tard l’opportunité de ce type d’éclairage “moderne”, perd régulièrement des parts de marché. Le projets et dessins de Tesla ne seront jamais mis en production par Edison, et, en 1885, il démissionne de chez Machine Works.

La première société autour des inventions de Nikola Tesla : l’échec

Grâce à deux hommes d’affaires Américains, Nikola Tesla fonde sa 1ère compagnie, la Tesla Electric Light & Manufacturing, en 1886. Sa principale activité reste l’éclairage à arc qui a le vent en poupe à cette époque. Tesla, par ailleurs, travaille sur un générateur à courant continue qui améliore les modèles du moment. Ses premiers brevets voient le jour aux Etats-Unis. Hélas, une fois de plus, les investisseurs se montrent sceptiques devant son moteur à courant alternatif…Pire, décidant que le marché des éclairages à arc devient trop compétitif, ils lâchent Tesla pour créer une entreprise de production électrique. Ce dernier, ruiné, va jusqu’à perdre le contrôle sur ses propres brevets. C’est la faillite.

La Tesla Electric Company : le moteur à induction et courant alternatif

Au printemps 1887, Tesla rencontre S. Brown et C. F. Peck. L’un est banquier, l’autre avocat. Les deux hommes sont expérimentés dans le montage de sociétés et notamment la promotion des inventions. Confiants dans les dernières idées de Tesla, notamment un projet de moteur thermo-magnétique, ils acceptent de le financer. C’est la naissance de la Tesla Electric Company. Il est décidé que les bénéfices seront divisés en 3. Un tiers pour l’inventeur, un pour les deux investisseurs et un dernier pour les nouveaux projets à venir.

Tesla met au point son fameux moteur à induction qui fonctionne au moyen du courant alternatif. Des tests indépendants sont réalisés, par les deux hommes d’affaires – qui déposent le brevet – et par, notamment, le physicien William Arnold Anthony. Ce dernier se trouve être également le rédacteur en chef du magazine Electrical World.

Le moteur est viable ! La nouvelle parvient aux oreilles de George Westinghouse, avec qui les trois associés créent, en juillet 1888, un accord de licence pour construire et distribuer le moteur de Tesla ainsi que ses transformateurs. Parallèlement, Tesla est embauché par Westinghouse pour 2000 USD par mois (plus de 56 000$ actuels), en qualité de consultant dans ses usines de Pittsburgh . Dans le même temps, Tesla travaille à un système de courant alternatif destiné aux réseau de tramways de la ville.

En 1897, Westinghouse achète le brevet de Tesla sur le moteur électrique pour plus de 200 000$ de l’époque (plus de 6,5 millions de dollars actuels).

Le temps de l’indépendance financière

L’argent acquis grâce à ses brevets permet à Tesla d’être indépendant. Il travaille dans divers ateliers et laboratoires de Manhattan, puis quitte Westinghouse et s’intéresse au travaux de Heinrich Hertz sur le rayonnement électromagnétique. Tesla décide alors de creuser plus avant et de développer ces théories. En 1891 il invente la Bobine Tesla, capable de produire de l’électricité à très haute tension, en faible courant alternatif haute fréquence. Il se consacre d’ailleurs presque exclusivement sur ses travaux autour de la haute fréquence (notamment la conversion de l’électricité en lumière), publiant dans plusieurs revues scientifiques. Il dépose de nouveaux brevets, et dispense des conférences dans les universités du pays.

Nikola Tesla Company

En 1895, il fonde, avec le banquier et homme d’affaires Edward Dean Adams, la Nikola Tesla. Ils trouvent peu d’investisseurs. Les brevets sur l’éclairage sans fil n’ont alors pas rencontré un grand succès. En mars 1895 un incendie ravage ses installations de la Cinquième Avenue et ses pertes sont considérables. En proie à une profonde dépression, Tesla expérimente sur lui l’électrothérapie et les pouvoirs des rayonnements électromagnétiques sur le corps humain…

Les rayons X

En décembre 1895, Nikola Tesla est sans doute le 1er homme à capturer une image par rayon X, par accident, alors qu’il souhaiter photographier son ami Mark Twain éclairé par un tube de Geissler (Tube crée en 1857 par Heinrich Geissler pour montrer visuellement les effets d’une décharge électrique). La seule chose qui apparaîtra sur la photo sera la vis de blocage du pied de son appareil photo.

Tesla mène alors ses propres expériences sur les rayons X. Il invente un tube à vide à haute énergie alimenté par des bobines Tesla. Le savant est persuadé que ses inventions lui permettront d’obtenir des rayons Roentgen d’une puissance supérieure à celle qu’obtiennent les appareils existants. Cependant, suite à aux lésions cutanées qu’il subit lors de ses expériences, il s’aperçoit rapidement de leur dangerosité. En 1897, Il abandonne finalement ses travaux sur les rayons X en 1896, lorsqu’il se rend compte qu’il aura beaucoup de mal à être compétitif face aux géants tels que General Electrics.

Le bateau radiocommandé de Nikola Tesla

Dès la fin de ses travaux sur les rayons X, Tesla travaille à des projets autour de l’automation – technique qui consiste à piloter des objets à distance par radiocommande. Ce domaine l’intrigue depuis l’enfance. Il invente alors le premier bateau mû par radiocommande. Nous sommes en pleine guerre hispano-américaine et Tesla est convaincu que son invention peut mettre fin au conflit. Il multiplie les démonstrations et, à peine une année plus tard, 13 pays ont déjà acheté le bateau de Tesla. S’il émerveille une partie de la communauté scientifique de l’époque, il est beaucoup critiqué : on le trouve très peu pratique en cas de conflit. Le rédacteur en chef de la revue Electrical Engineer l’accuse même d’avoir plagié la torpille de William Clarke.

La tour de Wardenclyffe – ou Tour Tesla

En 1901 il fait construire cette tour (1901-1917) destinée à la téléphonie sans fil et aux transmissions transatlantiques. Il pense rattraper son retard sur Guglielmo Marconi, qui, le 12 décembre 1901, a effectué la 1ère liaison radio entre l’Europe et l’Amérique. Hélas, il n’obtient pas les résultats commerciaux escomptés et ses investisseurs le lâchent les uns après les autres. Finalement, Marconi obtient le Prix Nobel de physique en 1909. La tour Tesla sera détruite en 1919. En savoir plus sur la tour de Wardenclyffe.

L’accident

En 1937, il est victime d’un accident de la route dont il ne se remettra jamais. Malade et ruiné, il meurt le 7 janvier 1943 à New York, dans sa chambre d’hôtel. Il laissera plus de 300 brevets et recevra des funérailles nationales. Tous ses documents sont aujourd’hui exposés au musée Nikola Tesla de Belgrade (Serbie). L’histoire ne Nikola Tesla, vue par lui-même, dans son autobiographie que vous pouvez recevoir par email :

Votre adresse email ne sera jamais cédée à des tiers
Retour haut de page
Ebook Amilo sur l'eau, ses problématiques et traitements

Ne partez pas sans l'ebook Amilo !

48 pages d’informations sur l’eau : ses qualités, ses pollutions, les méthodes de traitement…mais aussi des enquêtes, des tests, des comparatifs…

Votre adresse email ne sera jamais cédée ni vendue !

Vous souhaitez être rappelé ?

Comment pouvons-nous vous aider ?

Vous pouvez, si vous le souhaitez, préciser le motif de votre demande de rappel.